Bon sens et sensibilité

Il y a des har’hakot qui sont moins clairement délimitées que celles que nous avons vues jusqu’à présent.

Les sorties purement romantiques, telles qu’une ballade à vélo, seuls à travers de beaux chemins de campagne, sont considérées comme inappropriées par certaines autorités.

Toutes les autorités s’accordent sur le fait que toute activité frivole ou romantique, qui pourrait amener à un désir d’intimité, est à éviter. Chaque couple doit être honnête envers lui-même afin de savoir quels sont les interactions qui peuvent les amener à ressentir de tels sentiments. En même temps, il faut continuer à être sensible au besoin de son conjoint et à ses émotions, et il est permis et même conseillé de continuer à aimer être ensemble. Même si le côté physique de votre relation est mis de côté durant la période de niddah, il faut savoir qu’être attentionné, avoir de la considération pour l’autre et lui donner du soutien affectif sont des éléments essentiels à tout moment de votre vie maritale, que la femme soit tehorah ou non.

Certains couples trouvent que des petits gestes attentionnés (comme par exemple des cartes, des petits cadeaux, des fleurs pour chabbat, etc., qui sont tous permis durant la période de niddah) peuvent être d’une très grande aide lorsqu’il n’est pas possible d’exprimer ses sentiments physiquement.

Un minimum de bon sens est essentiel pour déterminer quelles formes d’affection doivent être évitées, et pour trouver des alternatives afin de préserver la connexion émotionnelle entre vous.

La reproduction du contenu de ce cours pour tout autre usage que personnel est interdit tant par la loi Juive que la loi civile.

Copyright © 2008 Deena Zimmerman et Ilana Sober Elzufon. Tous droits réservés.